La spondylarthrite
Accueil
Début, les sacro-iliaques
La douleur
La fatigue
Atteintes périphériques
Les autres organes
L´évolution

Diagnostic
Analyse sanguine
HLA-B27 et hérédité
Analyse clinique
Radio et IRM
Evaluation
BASDAI, BASFI, BASMI

Les traitements
Les anti-inflammatoires
Les traitements de fond
Les anti-TNF
La kinésithérapie
Les thérapies douces

En savoir plus
Grossesse
Livres
Patient Partner Program
Informations
La SA dans le monde
Pour aller plus loin

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Radio et IRM

Les anomalies radiologiques du rachis dans la SA

La colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres: 7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires. Entre ces vertèbres se trouvent les disques intervertébraux, structures cartilagineuses qui jouent le rôle d’amortisseur. A l’arrière, les vertèbres sont reliées par une paire d’articulations appelées postérieures ou interapophysaires. Enfin, elles sont aussi reliées entre elles par des ligaments. L’atteinte inflammatoire de la colonne vertébrale se situe dans les disques, les ligaments ou dans les articulations postérieures. Lorsque l’inflammation persiste, une ossification se produit.

L’équarissement des vertèbres

Une des premières atteintes de la colonne vertébrale dans la SA consiste en l’apparition d’encoches osseuses à l’angle de la vertèbre suivies de phénomènes de réparation osseuse, résultant en la perte de l’aspect concave normal du pourtour antérieur du corps vertébral et en l’apparition d’un coin plus carré: c’est ce que l’on appelle l’équarissement ou la «mise au carré» des vertèbres. L’aspect plus dense, plus brillant du coin de la vertèbre s’appelle le «signe de Romanus». Cette atteinte du coin de la vertèbre et/ou de la région voisine du disque peut être suivie d’une ossification des ligaments qui relient deux vertèbres entre elles. Cette ossification du ligament s’appelle le «syndesmophyte ».

L’ankylose

Les syndesmophytes de deux vertèbres adjacentes peuvent former un véritable pont osseux, menant alors à l’ankylose (d’où le nom de spondylarthrite ankylosante). Si cette ankylose s’étend à toute la colonne, les syndesmophytes forment alors ce que l’on appelle une «colonne bambou», toutes les vertèbres étant soudées les unes aux autres. Les modifications des articulations postérieures sont beaucoup plus difficiles à mettre en évidence.

Alors que l’ankylose des articulations sacro-iliaques n’a guère de conséquences en termes de mobilité, l’ankylose de la colonne vertébrale va mener à une perte de souplesse de la colonne (raideur) et à des attitudes anormales. On peut observer une perte de la cambrure (lordose) lombaire, puis une position penchée en avant avec une bosse du haut du dos, c’est l’accentuation de la «cyphose dorsale»; enfin l’ankylose du cou peut empêcher le malade de relever et de tourner la tête. L’ankylose peut aussi toucher les articulations de la paroi thoracique, entre les côtes et les vertèbres ou à l’avant entre le sternum et l’autre extrémité des côtes; dans ce cas, les capacités respiratoires peuvent être diminuées.


 




C'est pas sorcier

La méditation
un remède
contre la douleur ?



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243