La spondylarthrite
Accueil
Début, les sacro-iliaques
La douleur
La fatigue
Atteintes périphériques
Les autres organes
L´évolution

Diagnostic
Analyse sanguine
HLA-B27 et hérédité
Analyse clinique
Radio et IRM
Evaluation
BASDAI, BASFI, BASMI

Les traitements
Les anti-inflammatoires
Les traitements de fond
Les anti-TNF
La kinésithérapie
Les thérapies douces

En savoir plus
Grossesse
Livres
Patient Partner Program
Informations
La SA dans le monde
Pour aller plus loin

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

La douleur

La douleur est souvent plus présente la nuit et le matin.

La douleur liée à l’inflammation des articulations sacro-iliaques touche le bas du dos, tantôt dans la fesse droite, tantôt dans la gauche, irradiant à l’arrière de la cuisse. Cette douleur devient plus vive lorsque l’on bouge dans le lit, comme par exemple en se retournant.
Au réveil, en plus de la douleur on ressent de l’ankylose, difficulté à sortir du lit, à se pencher pour s’habiller. Après un certain temps (de quelques minutes à 1 ou 2 heures), la raideur s’estompe mais la douleur reste. Dans le courant de la journée, des élancements fessiers douloureux rendent certains mouvements pénibles, comme de marcher ou de se relever d’un siège.

Les douleurs nocturnes et la raideur matinale suggèrent une cause inflammatoire. C’est en effet le caractère inflammatoire qui est à l’origine de la douleur. Après quelques jours de prise d’anti-inflammatoire, les douleurs s’atténuent ou disparaissent.

La douleur peut également se manifester au niveau de la colonne vertébrale (vertèbres dorsales et lombaires) ou de la nuque (vertèbres cervicales). Ou encore un forte douleur peut apparaître au niveau de la poitrine limitant les mouvements respiratoires. Dans ce cas, la douleur provient d’un cartilage costal. C’est souvent le sternum qui est touché par l’inflammation et qui peut même être gonflé au toucher. Une ou plusieurs côtes peuvent également être touchées.

Dans 20 à 25% des cas, la douleur peut toucher n’importe quelle enthèse (les attaches sur l’os des tendons et ligaments) et provoquer des enthésites, notamment sur les membres.

Si la hanche est touchée, l’on ressent une douleur aggravée par l’appui en position debout, par la marche, par la montée d’un escalier. Les mouvements deviennent limités, comme pour fléchir ou écarter la cuisse


Que faire pour diminuer la douleur

Dans le cadre de la SA, la prise d’AINS fait diminuer ou disparaître la douleur dans une grande majorité des cas. La bonne réponse aux AINS fait d’ailleurs partie du diagnostic de la pathologie.
Si la prise d’AINS ne s’avère pas suffisant, le rhumatologue proposera un traitement complémentaire.

Si une articulation est particulièrement douloureuse et gonflée, une infiltration locale de cortisone pourra être envisagée tant que cela reste une solution ponctuelle. Cela permet d’agir vite, de façon précise et d’éviter d’éventuelle déformation.

En cas de poussée inflammatoire, ne mobilisez pas de façon intempestive les articulations concernées. Soyez doux et patients avec votre corps.


 




C'est pas sorcier

La méditation
un remède
contre la douleur ?



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243