La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Stimuli électriques

Les stimuli électriques sont utilisés depuis longtemps de façon empirique pour le traitement de la douleur dans les centres de médecine physique/kinésithérapie ou des centres de la douleur.

Une des hypothèses motivant leur emploi est que l’on peut «fermer la porte» aux influx douloureux en activant par des courants électriques des filets nerveux qui inhibent leur transmission vers le système nerveux central.

Méfiance cependant vis-à-vis des appareils vendus dans le commerce à prix d’or aux patients crédules et qui n’apportent pas le moindre bénéfice.


La relaxation par le yoga ou la sophrologie

Le yoga est une méthode visant l’épanouissement des individus sur tous les plans: physique, psychique et spirituel.

Il débute par l’éducation du corps: travail musculaire, articulaire, respiration et concentration. C’est une détente physique et morale.

Toutefois, tous les exercices ne sont pas adaptés aux polyarthritiques. Il faut se méfier de ceux qui imposent une charge excessive en position extrême, comme certains exercices pour la colonne cervicale.


La sophrologie est une science de connaissance de soi qui vise un self-contrôle des tensions musculaires, mentales et émotionnelles.

Concrètement, lors des séances, le sophrologue invite le participant à passer en revue toutes les parties de son corps pour les relâcher. C’est une excellente gestion du stress.

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur les techniques de relaxation ...


Les «médecines parallèles»

Si vous avez décidé de recourir à des médecines parallèles en complément des traitements traditionnels, n’hésitez pas à en parler en toute confiance à votre médecin.

Il ne faut pas croire que les propriétés dites naturelles des plantes signifient «douceur » ou encore «absence de risque».

L’homéopathie

Aucun effet positif à long terme n’a jamais été démontré en ce qui concerne le recours à l’homéopathie dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde.

Phytothérapie

La phytothérapie a également été préconisée.

Malheureusement, des accidents hépatiques ou rénaux très sévères ont été décrits après ingestion de tisanes faites à partir de certaines herbes chinoises non contrôlées.

Nb : Soyez prudents. La phytothérapie est une science médicale à part entière. En chine, c'est la technique la plus puissante. La prescription d'herbes chinoises est un mélange qui VOUS correspond et qui ne peut être prescrit que par un médecin diplomé.

L’acupuncture

L'acupuncture peut avoir un effet antalgique partiel. A elle seule, elle ne modifie pas l’évolution naturelle de la maladie.

Le risque existe de contamination par le virus de l’hépatite B, de l’hépatite C et le virus du SIDA en cas de non-utilisation d’aiguilles à usage unique.

D’autres «médecines parallèles» ont été inventées telles l’iridothérapie, la naturothérapie, mais aucun effet ne peut en être attendu.


Le régime alimentaire

Activité physique avant tout : l’activité musculaire est le meilleur traitement contre la fonte musculaire.

L’alimentation ne peut être considérée ici que comme un traitement d’appoint. L’idéal est d’avoir recours à un régime équilibré avec notamment une ration protidique correcte.

Un apport protidique suffisant correspond à 1 g de protéines/kg/j. Par exemple, si vous pesez 70 kg, il vous faudra idéalement 70 g de protéines par jour.

Il est recommandé de faire un peu de gymnastique tous les jours et d’augmenter les apports alimentaires en calcium.

Pas d’aliment miracle

Il n’existe pas vraiment d’aliment qui provoque des crises de polyarthrite, les cas d’«allergie» alimentaire de ce type sont rarissimes.

Par contre, le jeûne complet a été démontré favorable pour combattre les polyarthrites sévères, mais cela n’est évidemment pas recommandable!

Une alimentation saine et équilibrée pour tous, c’est ce que nous conseillons.

Il enest de même pour tous les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Une diététique orientée dans le but d’empêcher, de corriger la pathologie n’est pas encore d’actualité, mais une approche plus précise mettant en exergue le rôle de certains nutriments est certainement judicieuse et souhaitable.


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243