La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Pseudo polyarthrite rhizomélique

La polyarthrite rhumatoïde et la pseudo polyarthrite rhizomélique sont deux affections totalement différentes.

La polyarthrite rhumatoïde est une atteinte inflammatoire d’articulation (arthrite) touchant plusieurs ou même de nombreuses jointures (poly).

C’est une maladie qui, lorsqu’elle n’est pas traitée, dure très longtemps (elle est chronique) et finit par déformer et détruire les articulations, altérant ainsi leur fonctionnement. Elle peut avoir une répercussion sur d’autres organes que les articulations.

La pseudo polyarthrite rhizomélique (PPR) est principalement une atteinte musculaire et artérielle, avec une discrète inflammation articulaire.

Rhizomélique veut dire que la maladie touche la racine des membres, en clair les épaules et les hanches. D’autres articulations peuvent être touchées, mais c’est plus rare.

Une fois le traitement mis en route, la raideur, la douleur et le manque de force disparaissent rapidement et il n’y a pas de séquelles aux articulations.

La gravité de la PPR réside dans la possibilité d’atteinte artérielle. Les plus fréquentes sont celles de l’artère temporale et de l’artère centrale de la rétine, mais toute artère peut être touchée. Les lésions artérielles provoquent un rétrécissement du vaisseau ; les symptômes sont causés par le manque de sang dans la région ou dans l’organe irrigué par l’artère en cause.

Le traitement, qui consiste en cortisone, est indispensable pour éviter les complications artérielles. Pour la PPR, les doses sont faibles ou moyennes; le traitement dure un an ou plus et permet le plus souvent une guérison complète. En cas d’artérite (inflammation d’artère) les doses de cortisone sont nettement plus élevées.

Votre généraliste ou votre rhumatologue pourront vous éclairer de manière plus complète et plus précise, mieux adaptée à votre cas.

Dr Robert François,
Membre du Comité Scientifique


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243