La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

La douleur

La maladie se traduit par des douleurs articulaires qui prédominent généralement aux poignets, aux mains et aux pieds. Les grosses articulations (épaules, genoux ou hanches) peuvent également être douloureuses. L'atteinte est souvent symétrique (les deux mains, les deux genoux, etc.).

Le patient ressent des raideurs matinales importantes qui se résorbent après un dérouillage articulaire d'une durée plus ou moins longue. Les articulations sont douloureuses, surtout la nuit.
Les douleurs et les raideurs entraînent une impotence fonctionnelle. Les articulations sont enflées, chaudes et parfois rouges. Il existe un état de fatigue générale important, parfois avec un peu de fièvre.
Après de nombreuses années, le patient peut présenter une impotence fonctionnelle croissante et des difficultés à effectuer les gestes de la vie courante.

douleur

Cet aspect “douleur” en rhumatologie a connu des innovations récentes qui permettent à nombre de rhumatisants d'amoindrir certaines souffrances.

La douleur, spécifique à la PR pour beaucoup de malades, est une douleur qui voyage, qui passe d'une articulation à une autre...

En plus, elle est souvent différente : cela va de la douleur suraiguë à la petite gêne supportable mais qui dure longtemps, voire tout le temps...

Autre difficulté : cette douleur est difficile à exprimer car elle varie selon chaque patient et le vocabulaire n'est pas assez riche dans ce domaine. Or il est important que ce langage soit bien compris pour une bonne relation, de confiance, avec le médecin.

Pensez alors à utiliser des métaphores, des comparaisons, etc.

Le problème avec la douleur qui dure (douleur « rebelle », « persistante »), c'est qu'elle aura des conséquences physiques, psychologiques et comportementales.
Elle devient alors une « douleur-maladie ». Or, la douleur est un stress permanent. Et ce stress en lui-même rend le patient encore plus fragile et donc accentue encore plus la douleur, et ainsi de suite...

Le moyen de se soulager le plus souvent, en dehors des traitements, c'est d'en parler.

Mais pour ce genre de douleur, on risque d'en faire le seul sujet de conversation et à la longue, même les proches s'en lassent, surtout parce qu'ils ne peuvent rien y faire...

Le déclic, c'est la personne même qui souffre qui peut l'avoir. Aidée et soutenue par son entourage, elle doit relever le défi, remporter la victoire contre la maladie, jour après jour.

Plusieurs moyens existent pour soulager la douleur (cf. l'encart « L'application de chaud et de froid »).

chaud et froid


La fatigue

Comme toute maladie inflammatoire, la polyarthrite rhumatoïde provoque des manifestations générales dues aux modifications induites par la dérégulation du système immunitaire.
Les cellules du système immunitaire activées au sein de l’articulation vont libérer des protéines localement et dans le torrent circulatoire, provoquant des réactions en cascade responsables de symptômes cliniques très marqués.
La présence d’une fatigue importante, d’une raideur matinale prolongée, de douleurs nocturnes font partie du cortège de plaintes évocatrices d’une inflammation active et nécessitant des soins plus rapprochés.

Certes, il est important de ne pas sous-estimer que la fatigue peut également être la manifestation clinique d’une anémie, d’une infection associée, d’un malaise, d’une incompréhension de la part de l’entourage, d’un ras-le-bol, d’où l’importance de bien situer chaque symptôme dans le contexte global du patient.


Les protéines en jeu

Parmi ces protéines, l’interleukine 1 (IL-1), le Tumor Necrosis Factor α (TN F α) et l’IL-6 sont responsables de la production des protéines inflammatoires (CRP , fibrinogène, kinines, etc.) par le foie.

Le TN F α agit au niveau du système nerveux central où il peut faire monter la température et provoquer, dans certains cas extrêmes, de l’amaigrissement. Un des effets les plus rapides des médications de dernière génération que sont les anti-TN F α est de combattre rapidement cette sensation de fatigue.


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243