La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Les causes

Bien que la P.R. soit considérée typiquement comme une maladie auto-immune, son étiologie est toujours inconnue à ce jour.
Il n'y a pas de cause déclenchante scientifiquement démontrée de la P.R. Comme les autres pathologies auto-immunes, la P.R. est une maladie plurifactorielle relevant de 3 facteurs potentiels

Environnement :

Il existe probablement des facteurs (externe ou interne à l’individu) pouvant être responsables du déclenchement de la maladie. Les hypothèses infectieuses évoquent une implication de divers agents comme les mycoplasmes et les rétrovirus exogènes. De nombreuses recherches ont été effectuées sur les virus et les composants du cartilage mais sans résultats concluants à ce jour.

Endocriniens et immunitaires :

Les lésions articulaires sont dues à une synovite auto-entretenue d’origine immunologique, secondaire à des processus impliquant l’immunité humorale et surtout cellulaire. On connaît de mieux en mieux les cellules et les messagers (cytokines) impliqués dans la réaction inflammatoire articulaire. Les hypothèses hormonales sont, elles, justifiées par la prédominance féminine et par l’évolution favorable de la PR lors de la grossesse

.

Génétiques :

On pense qu'il existe 2 à 3 gènes prédisposant sur des chromosomes différents.
Les hypothèses génétiques ont montré une fréquence augmentée du type HLA DR4. Bien qu’on retrouve plusieurs cas dans une même famille, la P.R. n’est pas une maladie héréditaire (le risque d’être atteint est multiplié par 2 ou 3 en cas de P.R. dans la famille).
La diversité de ces hypothèses laisse entrevoir un mécanisme commun, à l’échelle moléculaire.


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243