La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

A chaque étape

Elle est indiquée dès le début de l’affection et vise à assurer la mobilité et, par conséquent, la qualité de vie du patient. Elle est adaptée à chaque situation de polyarthrite. Afin de protéger ses articulations, on apprend au malade à mieux utiliser celles-ci en le plaçant dans un contexte de vie courante.


La kiné

Les exercices ont pour objet de maintenir la mobilité et de renforcer la musculature. Indispensables afin de maintenir une activité physique régulière, ils sont recommandés en dehors des poussées inflammatoires articulaires. Ils peuvent être réalisés grâce à l’aide de votre kinésithérapeute. Son rôle est multiple dans la polyarthrite rhumatoïde et varie en fonction du stade de la maladie et de chaque patient.


Les activités quotidiennes

Quand on souffre de polyarthrite rhumatoïde, il faut plus que quiconque prendre de bonnes habitudes, c’est-à-dire s’efforcer de conserver une activité physique suffisante et poursuivre ses activités tout en évitant de solliciter inutilement les articulations (en particulier les mains).
Il faut avoir une activité physique régulière, c’est-à-dire marcher, faire du vélo, nager à son rythme. Si vous pratiquez déjà un sport sans problème apparent, continuez. Si les douleurs sont réveillées à chaque fois que vous pratiquez cette activité, ne vous découragez pas. Peut-être qu’en vous équipant mieux et/ou en changeant certains gestes, vous pourrez continuer.

Exercices statiques plutôt que dynamiques

Par exemple, si vous faites de la gymnastique dans un club, il peut suffire de modifier l’entraînement pour que celui-ci ne soit plus douloureux. Ainsi, les exercices «statiques» (c’est-à-dire les contractions musculaires contre résistance sans mouvement) sont en principe mieux supportés que les exercices dynamiques (avec mouvement) et les muscles travaillent autant. Il est également souhaitable que vous fassiez chez vous une courte séance de gymnastique quotidienne.

Préserver force et souplesse

La gymnastique des mains peut préserver la souplesse des articulations des doigts et des poignets. Celle des jambes permet d’entretenir la force des muscles qui vous assurent une position debout stable et une marche plus assurée. Votre médecin ou votre kinésithérapeute peuvent vous conseiller. Il faut aussi poursuivre autant que possible vos activités quotidiennes ménagères et professionnelles en aménageant votre environnement pour réduire les efforts. Il faut aussi apprendre à éviter les gestes nocifs pour les articulations et les remplacer par des gestes «corrects» qui épargnent davantage les articulations sans vous freiner dans vos activités.


L´économie articulaire

Elle a pour but de vous faciliter la vie courante en épargnant vos articulations et en utilisant certaines aides techniques pour parvenir à accomplir sans douleur des activités devenues difficilement réalisables. Elle vise à maintenir l’autonomie dans les actes de la vie quotidienne au sein de son cadre de vie.

Différents conseils sont prodigués pour l’aménagement de l’habitation, pour les activités telles que la cuisine, l’habillage, la toilette et les soins ménagers.


L’ergothérapie

La rééducation en ergothérapie (technique permettant l’économie articulaire) s’effectue aussi par le biais de jeux de société (solitaire, etc.) ou d’activités artisanales (tissage, etc.), le but étant d’entretenir le jeu des articulations et la musculature au cours d’une activité ludique indolore.

L’ergothérapeute observe les difficultés puis corrige posture et gestes. La répétition de ces activités manuelles permet d’automatiser les «bons» gestes, c’est-à-dire d’acquérir de bonnes habitudes.


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243