La PR
Accueil
Le début, les atteintes
La douleur et la fatigue
Les causes
L´évolution

Diagnostic
L'examen clinique
Critères de diagnostic
Echelle d´évaluation
Pseudo polyarthrite rhizomélique

Les traitements
Les traitements
Les traitements locaux
Les traitements chirurgicaux
La réadaptation fonctionnelle
Le port de semelles et d'orthèses
Les autres traitements

En savoir plus
Liens
FAQ
Programme Patient Partenaire
Livres / DVD
Brochure et documents à télécharger
La PR dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mardi 18 septembre 2018

 

Les traitements locaux

Ils sont essentiels dans la prise en charge thérapeutique de la polyarthrite et permettent de diminuer le gonflement et l’inflammation locale. Les ponctions évacuatrices doivent être envisagées pour le diagnostic et en cas d’inflammation locale persistante. Les infiltrations de corticoïdes seront pratiquées avec parcimonie.

L’injection de «corticoïdes retard» donne des résultats plus durables (triamcinolone (Kenacort®)). En cas d’échec, on peut envisager l’injection de produits radioactifs (synoviorthèse) ou la réalisation de lavage articulaire. Enfin, en cas de nouvel échec, une intervention articulaire par mini-arthroscopie peut être réalisée.


Les vaccins

Les vaccins courants (hépatite, tétanos…) seront effectués normalement. La réponse vaccinale n’est, en général, pas altérée par la prise de médicament. Le vaccin contre la grippe est recommandé, surtout si vous êtes âgé et si vous prenez des médicaments diminuant votre immunité (par ex. cortisone).

Le vaccin contre le pneumocoque est intéressant, mais son utilisation générale n’est pas recommandée. Les vaccins vivants (dirigés contre la fièvre jaune) ne peuvent pas être administrés si vous prenez du méthotrexate, des agents immunosuppresseurs ou des agents biologiques.


Les infiltrations

Ce procédé est très utilisé dans la polyarthrite. Les infiltrations permettent d’injecter le médicament précisément à l’endroit enflammé sans imprégner pour autant l’ensemble de l’organisme. Elles sont tout particulièrement indiquées lorsqu’une articulation est plus douloureuse et enflammée que les autres.

L’injection a un avantage essentiel: elle dépose le produit actif au sein même des lésions inflammatoires, ce qui permet une forte concentration locale et une efficacité accrue. Une infiltration bien faite est réellement peu douloureuse, voire indolore. Bien faite, au bon endroit et au bon moment, elle rend des services appréciables.


 




Remède de grand-mère pour les douleurs :
le chaud et le froid.

Du froid sur une articulation chaude (très enflammée)
ET
du chaud sur une articulation douloureuse, mais peu enflammée (pour la douleur en dehors des poussées).

Pensez thermocompresses !





Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243