L'arthrite juvénile
Accueil
Pourquoi juvénile ?
Différentes formes
Symptômes
Diagnostic

Traitements
Médicaments
La kiné

Le quotidien
A la maison
A l'école
Le sport indispensable
Vu par les enfants
Vu par les parents
Trucs & astuces

L'avenir
L'avenir

Utile
Bon à savoir
Articles à télécharger

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

LES TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX

Il existe plusieurs options de traitement qui seront utilisées selon l'intensité de l'inflammation, la forme d'arthrite ou le risque de complications :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens,

    Ils constituent le traitement de base de l'arthrite juvénile.

    Le plus connu des AINS est l'aspirine mais il en existe de nombreux autres, plus efficaces et ayant moins d'effets secondaires.

    Ces médicaments calment la douleur et réduisent l'inflammation.

    La majortié des jeunes patients qui souffrent de la forme oligoarticulaire et un certain nombre de ceux souffrant de la forme polyarticulaire n'auront pas besoin d'autres traitements.

  • les corticoïdes,

    La cortisone et ses dérivés ont des effets anti-inflammatoires et immunomodulateurs puissants. Malgré leurs effets secondaires, ils sont parfois nécessaires dans des formes d'arthrite juvénile sévères comme la forme systémique, par exemple.

  • les traitements de fond,

    Ce sont des médicaments qui agissent sur les cellules du système immunitaire qui contrôlent l'inflammation.

    Par exemple : la sulfasalazine ou le méthotrexate.

    Puissants mais pas dénués d'effets secondaires, ils nécessitent un suivi médical rapproché.

  • les traitements biologiques ciblés.

    Les traitements sont dits biologiques car ils utilisent des anticorps tels que ceux produits par le corps humain. Ces anticorps sont spécifiquement dirigés contre l'une des molécules qui participent au mécanisme de l'inflammation.

    Par exemple, les anti-TNF-alpha vont bloquer l'action du TNF alpha qui joue un rôle-clé dans le processus de l'inflammation.

    Ils sont réservés aux formes sévères d'arthrite juvénile qui n'ont pas répondu aux autres traitements précédemment cités plus haut.


Pour la forme systémique de l´arthrite juvénile

Parmi les AJI, la forme systémique est la plus difficile à traiter

Ces formes peuvent parfois survenir assez tôt chez l’enfant se présentant souvent par des atteintes systémiques (fièvre, rash, épanchement cardiaque ou pulmonaire, ganglions, hépato-ou splénomégalie) en association ou avant les atteintes articulaires , sont parfois sévères et réfractaires à de nombreux traitements. Ces formes nécessitent régulièrement, pour contrôler l’inflammation dans le sang ou dans différents systèmes, la mise en route de corticoïdes.

Certaines formes systémiques d’AJI ne répondent pas au traitement de fond classique comme le MTX, voire même aux agents biologiques comme les agents bloquant le TNFalpha (Enbrel®), ou les agents bloquant la costimulation des lymphocytes (Orencia®).
Il semble que d’autres approches thérapeutiques soient plus intéressantes en bloquant d’autres cytokines, comme l’interleukine - 1 et l’interleukine - 6 probablement plus impliquées dans la physiopathologie de cette maladie. Les voies bloquant l’IL-1 sont encore en cours d’investigation.

Par contre le blocage de l’IL-6 a montré ses preuves dans l’approche du traitement des formes systémiques d’AJI . Depuis quelques jours, le Tocilizumab (Roactemra ®) est remboursé pour traiter ces petits patients. Il s’agit d’un anticorps monoclonal bloquant le récepteur de l’IL-6.

Il sera réservé à des formes sévères selon certains critères (enfants d’au moins 2ans, AJI systémique active cliniquement et biologiquement, réfractaire aux AINS et aux corticoïdes hautes doses ou de longue durée). Il s’administre en perfusion tous les 15 jours ou les 30 jours (en fonction du poids).

Le Tocilizumab (Roactemra ®) pourra se prescrire par un rhumatologue ou un pédiatre.

Dr Valérie Badot
Membre du Comité Scientifique


LES TRAITEMENTS LOCAUX

Une infiltration peut être une excellente solution. Il s'agit d'injecter un médicament anti-inflammatoire (comme la cortisone) directement dans l'articulation malade. Dans certaine forme d'arthrite (oligoarthrite par exemple ), ce traitement peut suffire et permet d'éviter la prise de médicament orale ou régulière.

Injecter le médicament dans l'articulation du malade peut être très efficace.


 




Camille et Quentin
Leur témoignage



68 pages - 7 euros
gratuit pour les membres



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243