Arthrites psoriasiques
Accueil
Psoriasis ou arthrite ?
Les causes
Les formes de psoriasis
Les formes articulaires
Maladies associées

Diagnostic
La consultation
La prise de sang
L'imagerie
Echelles d´évaluation

Les traitements
Mesures générales
Symptomatiques
Locaux
Chirurgicaux
Les effets secondaires
La recherche

Rééducation
Semelles et orthèses
La kiné
L'économie articulaire

En savoir plus
Désir d'enfant
Les vaccins
Livres

Utile
Dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Pour les arthrites psoriasiques

Dr L. Tant -Extrait de la brochure "les arthrites psoriasiques et le psoriasis"

Les nouveaux traitements nécessitent des évaluations rigoureuses à la fois de l’activité de la maladie, mais également de la réponse au traitement, sur le plan clinique et radiographique.

L’hétérogénéité des signes cliniques rend cette évaluation complexe car le rhumatisme psoriasique peut prendre plusieurs formes. L’évaluation doit donc porter sur chaque atteinte séparément afin d’être la plus précise possible.

La plupart des outils sont empruntés à d’autres maladies articulaires inflammatoires telles la polyarthrite rhumatoïde pour les atteintes articulaires périphériques et la spondylarthrite ankylosante pour les atteintes axiales (du rachis) et pour les enthésites.

DAS 28 Disease Activity Score

L’atteinte articulaire périphérique peut être évaluée par un index articulaire dénombrant les articulations gonflées et douloureuses. Pour la polyarthrite, le score d’activité DAS 28, basé sur 28 articulations. Pour l'arhrite psoriasique, le nombre d’articulations évaluées est de 78.

Ce score DAS fait intervenir, outre le nombre d’articulations douloureuses et gonflées, la VS ou la CRP et une évaluation de l’activité de la maladie par le patient sur une échelle visuelle allant de 0 à 100.

HAQ Parallèlement, l’évaluation de la maladie comporte une mesure de la réduction de la fonction et du retentissement de la maladie sur les activités de la vie quotidienne.

Le score HAQ, aussi utilisé pour l’évaluation des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, permet cette évaluation dans le cas d’atteinte périphérique. Voir cette page dans le monde PR

BASDAI - Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index
L’atteinte du rachis peut être évaluée par le BASDAI, emprunté aux outils d’évaluation de la spondylarthrite ankylosante. Voir cette page dans le monde SA

Dans les formes axiales, le suivi de la réponse au traitement se mesure, tout comme dans la spondylarthrite ankylosante, par l’évolution du BASDAI : une diminution d’au moins 50% ou de 2 points est requise pour considérer une bonne réponse au traitement.

Il n’existe aucun indice validé pour évaluer les dactylites ou les tendinites.

BASMI - Bath Ankylosing Spondylitis Metrology Index

La mesure des limitations de mobilité articulaires, utile en pratique rhumatologique. Voir cette page dans le monde SA

BASFI - Bath ankylosing spondylitis functional index La perte des aptitudes physiques et de la capacité fonctionnelle chez les patients présentant une atteinte de la colonne sera mesurée par le BASFI, indice emprunté à la spondylarthrite ankylosante.


Pour le psoriasis

Dr P-D Ghislain -Extrait de la brochure "les arthrites psoriasiques et le psoriasis"

Mesurer le psoriasis est important. Il faut disposer de données précises pour comparer l'intensité du psoriasis à différents moments de la vie. C'est essentiel pour aider patient et médecin à choisir le traitement le plus adapté, puis ensuite pour correctement apprécier l'efficacité de ce traitement et décider du suivi : quand changer de traitement, quand faire une pause, quand reprendre...

Pourquoi des échelles d'évaluation ?

L'idéal serait de disposer d'échelles qui ne dépendent pas de l'opérateur (c'est-à-dire qui donneraient donc le même résultat quelle que soit la personne qui réalise l'évaluation). Ces échelles 'parfaitement objectives' n'existent pas. Le résultat devrait être identique, qu'il soit réalisé trois fois par la même personne ou une fois par trois personnes différentes.

Concrètement, on utilise aujourd'hui de manière presque courante le PASI, le PGA, le BSA et différentes échelles de QoL.

Ces acronymes désignent des échelles cherchant à objectiver les points évoqués plus haut :

  • PASI : Psoriasis Area Severity Index (indice de sévérité du psoriasis rapporté aux surfaces atteintes)
  • PGA : Physician Global Assessment (appréciation générale par le médecin de l'intensité des plaques)
  • BSA : Body Surface Area (surface corporelle entreprise par la maladie)
  • QoL : Quality of Life (mesure du retentissement de la maladie sur la vie quotidienne du patient)

Ces échelles restent incomplètement objectives, correspondent mal à certaines formes particulières de psoriasis et ne doivent donc jamais 'enfermer' le patient.

Il n'est pourtant pas utile de compléter ces échelles à tout moment. L'idée serait d'encourager la réalisation systématique d'une évaluation complète, deux fois par an, chez les patients atteints de psoriasis modéré à sévère, en même temps qu'une reconsidération de l'ensemble du traitement et de la prise en charge du patient, avec réalisation d'un rapport médical.

A côté de leur utilité pour le suivi d'un patient précis, les échelles d'évaluation sont aussi utilisées par les autorités publiques pour essayer de déterminer quel patient souffre d'un psoriasis modéré ou sévère, et dès lors déterminer les droits au remboursement de certains traitements. On touche là à des points très délicats, car bien des patients sont dans des situations non prises en compte dans ces critères. Tout le travail consiste donc à améliorer ces échelles, pour faire évoluer les critères officiels et répondre aux besoins réels de tous les patients...


 


68 pages - 7 euros
gratuit pour les membres



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243