Arthrites psoriasiques
Accueil
Psoriasis ou arthrite ?
Les causes
Les formes de psoriasis
Les formes articulaires
Maladies associées

Diagnostic
La consultation
La prise de sang
L'imagerie
Echelles d´évaluation

Les traitements
Mesures générales
Symptomatiques
Locaux
Chirurgicaux
Les effets secondaires
La recherche

Rééducation
Semelles et orthèses
La kiné
L'économie articulaire

En savoir plus
Désir d'enfant
Les vaccins
Livres

Utile
Dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

Egalité homme -femme?

Dr M-J Kaiser -Extraits de la brochure "les arthrites psoriasiques et le psoriasis"

Le rhumatisme psoriasique atteint aussi fréquemment l’homme que la femme. Cependant sa présentation diffère sensiblement selon les sexes.

L’atteinte articulaire périphérique (notamment des mains et des pieds) est plus fréquente chez la femme alors que l’atteinte de la colonne vertébrale est plus fréquente chez l’homme.

La grossesse améliorerait l’arthrite psoriasique dans 80% des cas. Les trois premiers mois suivant l’accouchement pourraient favoriser une poussée de l’arthrite à cause des variations hormonales survenant à ce moment.

Aucune donnée ne démontre une diminution de fertilité chez les patientes atteintes d’arthrite psoriasique.


L´accouchement

L’arthrite psoriasique n'entrave en général pas l’accouchement.

Si la patiente présente une atteinte axiale (c'est-à-dire de la colonne vertébrale et du bassin) et que cette atteinte est évoluée, il peut y avoir quelques difficultés lors de l’accouchement. En effet, l’ankylose des os du bassin au niveau des articulations sacro-iliaques empêche l’écartement de ces os, ce qui facilite le passage du bébé lors de l’accouchement. En pratique courante, c’est rarement une difficulté majeure. L’atteinte sévère des hanches, empêchant d’écarter les cuisses peut nécessiter une césarienne.

Rappelons toutefois que l’atteinte axiale est plus rare chez la femme que chez l’homme, que la plupart du temps les jeunes femmes enceintes ont un rhumatisme psoriasique depuis peu de temps et donc moins évolué. Enfin, grâce à une prise en charge médicale optimale et à un arsenal thérapeutique souvent efficace, ces difficultés sont de moins en moins fréquentes et plus facilement gérables qu’auparavant.


Influence des médicaments

Les médicaments utilisés dans l’arthrite psoriasique ont-ils une répercussion sur la grossesse et l’enfant ?

1. Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens)

Les effets des AINS sur la grossesse sont bien connus. Dans la mesure du possible, il faut éviter de les employer tout au long de celle-ci. Les AINS inhibent les prostaglandines, substances nécessaires à l’ovulation, à l’implantation de l’œuf fécondé dans la paroi de l’utérus, à la formation du placenta mais aussi à l’accouchement. En pratique, en cas de difficulté d’obtention d’une grossesse, l’arrêt des AINS peut probablement faciliter la conception, comme décrit notamment dans la polyarthrite rhumatoïde.

L’usage des AINS est également fortement déconseillé dans le troisième trimestre de la grossesse car ils peuvent favoriser la fermeture prématurée du canal artériel, court vaisseau qui relie l’artère pulmonaire à l’aorte du fœtus et qui est indispensable à la bonne circulation du sang oxygéné que le bébé reçoit de sa maman. Ce canal se ferme normalement après la naissance. Les AINS augmentent également le risque de malformation de la face (bec-de lièvre).

Les AINS et l’aspirine doivent impérativement être arrêtés au moins dix jours avant l’accouchement, sauf contre-ordre médical, car ils peuvent induire des hémorragies chez la maman et le bébé.

Heureusement, grâce aux traitements de fond de plus en plus efficaces utilisés dans le rhumatisme psoriasique, à l’instar de ce qu’on observe dans la polyarthrite rhumatoïde, l’utilisation des AINS est moins fréquente.

Par ailleurs, le rhumatisme psoriasique a tendance à s’améliorer au cours de la grossesse, ce qui permet également de réduire la consommation d’AINS pendant cette période.

2. Les corticoïdes

La prednisolone (ou équivalent) peut être utilisée sans danger pour la grossesse et le fœtus jusqu’à la dose de 15mg/j. Les doses plus élevées ou délivrées en perfusion peuvent légèrement augmenter le risque de malformation (fente dans le palais) chez l’enfant et d’accouchement prématuré. La prednisone et la prednisolone doivent être privilégiées par rapport aux autres corticoïdes pendant la grossesse, car ils sont convertis en substances inactives par une protéine du placenta et n’agissent dès lors plus sur le fœtus.

Les dérivés de cortisone peuvent être utilisés pendant l’allaitement.

Les traitements de l’arthrite psoriasiques ont-ils une influence sur la reproduction ?

1. La sulfasalazine (Salazopyrine®)

La salazopyrine n’entrave ni la conception, ni la grossesse. L’allaitement est généralement permis sous cette médication même si un cas de diarrhée sanglante chez un enfant a été rapporté. Cette médication passe, en effet, dans le lait maternel. Sa concentration dans le lait maternel équivaut à 40% de la concentration dans le sang maternel.

Le traitement par salazopyrine doit être accompagné d’un supplément en acide folique plus important qu’habituellement car la salazopyrine empêche la synthèse d’acide folique par l’organisme.

Chez l’homme, la fertilité diminue sous ce traitement. Théoriquement, un arrêt de trois mois du médicament avant la conception est recommandé.

2. Le méthotrexate (Ledertrexate®) et le léflunomide (Arava®)

Ces médicaments sont tératogènes, c’est à dire responsables de malformations du fœtus et sont donc formellement défendus pendant la grossesse.

La longue rétention dans le corps de substances actives dérivées du méthotrexate nécessite son interruption trois à six mois avant le début de la grossesse. Le méthotrexate est également défendu pendant l’allaitement.

L’Arava® doit être arrêté deux ans avant d’envisager une grossesse, ce qui n’en fait pas un médicament de choix pour les personnes jeunes en âge de procréer, homme ou femme indistinctement. Cependant, en cas de nécessité, il existe une procédure, bien connue et codifiée d’élimination plus rapide du médicament de l’organisme. L’Arava® est également contre-indiqué pendant l’allaitement.

3. L'acitrétine utilisé pour le psoriasis

Il présente comme inconvénients principaux de sécher la peau et les muqueuses ; il peut perturber le foie et les graisses du sang. Il est surtout très dangereux chez les femmes en âge de procréer, car il peut induire des malformations chez le bébé. Les femmes qui en ont pris ne doivent pas concevoir d'enfant dans les deux ans après l'arrêt du médicament.

4. Les anti-TNFα

On ne peut recommander une grossesse sous anti-TNF à l’heure actuelle car l’expérience de cette situation est trop limitée. Bien qu’aucun effet tératogène n’ait été constaté chez l’animal, il n’y a pas assez de données chez l’homme actuellement.

Toutefois, les grossesses qui ont eu lieu sous anti-TNFα n’ont globalement pas été grevées de problème majeur. On sait, par ailleurs, que les anticorps anti-TNF α ne traversent pas le placenta pendant le premier mois de grossesse. L’utilisation d’anti-TNFα pour garder le rhumatisme inflammatoire sous contrôle dans la période précédent la conception, lorsque les traitements de fond tératogènes ont été arrêtés, et pendant le premier trimestre de la grossesse paraît donc légitime si elle est nécessaire.


 


68 pages - 7 euros
gratuit pour les membres



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243