Arthrites psoriasiques
Accueil
Psoriasis ou arthrite ?
Les causes
Les formes de psoriasis
Les formes articulaires
Maladies associées

Diagnostic
La consultation
La prise de sang
L'imagerie
Echelles d´évaluation

Les traitements
Mesures générales
Symptomatiques
Locaux
Chirurgicaux
Les effets secondaires
La recherche

Rééducation
Semelles et orthèses
La kiné
L'économie articulaire

En savoir plus
Désir d'enfant
Les vaccins
Livres

Utile
Dans le monde

Dernière mise à jour du site
le mercredi 7 novembre 2018

 

 

Il n'y a pas 'un' traitement du psoriasis, mais de nombreuses voies différentes, adaptées au patient concerné et à sa forme de psoriasis. S'il n'y a toujours pas de traitement 'radical' pour guérir définitivement de la maladie, il y a quand même de plus en plus de possibilités pour être soulagé de manière significative, aisée, durable et sûre.

L'arthrite psoriasique est une entité de maladies très hétérogènes avec des symptômes et une évolution très variables. Le traitement sera dès lors établi individuellement et modulé au cours du temps.


Les mesures générales

Les mesures générales peuvent paraître accessoires mais elles sont très utiles au quotidien.

On entend par là de 'petits' moyens non médicaux, qui amélioreront les manifestations de la maladie.

• Porter des vêtements peu irritants, bien adaptés,

• Utiliser des savons doux, physiologiques et hydratants,

• Mener une vie saine et éviter les excès notoires (alcool, tabac, excitants alimentaires)... De petits moyens à la portée de tous, qui peuvent déjà bien soulager, même s'ils ne suffiront pas.

Une bonne santé générale est également utile. Si nécessaire, vérifions digestion, hormones, sucres et lipides. On n'y trouvera pas la cause du psoriasis, mais d'éventuels facteurs aggravants ou pathologies associées.


La prise en charge psychologique

Le psoriasis entretient indéniablement un rapport étroit avec la composante psychologique. Et cela, dans les deux sens : quand on souffre de psoriasis, des périodes de vie plus difficiles se traduiront souvent par des aggravations cutanées, mais une poussée cutanée est aussi de nature à perturber le psychisme du patient, à le renfermer sur lui-même et à créer une tendance dépressive.

Parfois, chez certains patients, un accompagnement permettra des améliorations cliniques très significatives. Aider à gérer le stress peut aussi être d'un grand secours, et diverses méthodes existent à ce propos, que cela passe par le sport ou des techniques individuelles ou de groupe.


Gestion de la douleur

L’aspect “douleur” en rhumatologie a remarquablement profité des grandes découvertes modernes. Il ne faut pas oublier que ces découvertes sont récentes et qu’il y a cent ans, les souffrances endurées par nombre de rhumatisants étaient particulièrement pénibles.

Si elles sont “partout”, les douleurs ne surviennent pas partout en même temps. Elles se baladent. Elles passent d’une articulation ou d’un tendon à l’autre. Autre difficulté : cette douleur est difficile à exprimer car elle varie selon chaque patient et le vocabulaire n'est pas assez riche dans ce domaine. Or il est important que ce langage soit bien compris pour une bonne relation, de confiance, avec le médecin.

Pensez alors à utiliser des métaphores, des comparaisons, etc.

La douleur n’est pas une sensation comme les autres. Sa perception est liée à la prise de conscience d’une agression menaçant l’intégrité de l’organisme.

Le problème avec la douleur qui dure (douleur « rebelle », « persistante »), c'est qu'elle aura des conséquences physiques, psychologiques et comportementales.

Elle devient alors une « douleur-maladie ». Or, la douleur est un stress permanent. Et ce stress en lui-même rend le patient encore plus fragile et donc accentue encore plus la douleur, et ainsi de suite...

Le stress accentue la douleur, favorise sa persistance, son auto-entretien. Tout comme la fatigue, la tristesse, la dépression, la colère, la peur ... "ouvrent la porte" à la douleur, et donc l'augmentent. Par contre, le repos, la gaieté, le bon moral, le calme... "ferment la porte" à la douleur.

Parler de sa douleur, tenter de la partager, peut donner l’impression de soulagement sur le moment mais il ne faut pas que la douleur ne devienne le seul motif de discussion. L’entourage finit par se lasser car il se sent impuissant.

La personne qui souffre d’une douleur rebelle et persistante sous-estime sa capacité à changer, à s’aider. L’entourage doit supporter pleinement ses efforts, la stimuler dans cette démarche, l’encourager à relever des défis, à remporter une victoire sur la maladie.


 


68 pages - 7 euros
gratuit pour les membres



Arthrites asbl
Siège Social : avenue Hippocrate,10 - 1200 Bruxelles    Tél : 0800/90 356 - N.E. 0446.923.243